Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si vous espérez atteindre le Royaume (la béatitude) sans en payer le prix vous vous trompez ! Ce prix n'est pas financier: il n'y a pas à payer mais il faut mourir au vieil homme pour renaître à l'homme nouveau. Le Christ l'a dit à Nicodème dans Jean chapitre trois.

 

 

l'astérisque* renvoie au dico

 

 

 

Je ne connais, comme enfance,

que la mienne et celle de mes enfants,

quoique celle de mes enfants je la connais de l'extérieur,

je ne la vis pas.

Le Christ disait : si vous ne venez pas au Royaume* comme un enfant

vous ne pourrez pas y entrer.

Cette recommandation du Christ ne veut pas seulement

nous inviter à être simple, modeste et humble.

Avoir une âme d'enfant ne signifie pas seulement

vivre dans l'instant présent...le propos est le non-agir*.

Cette notion est absolument déterminante

dans le processus de Réalisation*.

 

 

Si vous n'êtes pas dans le non-agir, vous n'y arriverez jamais.

C'est le non-agir qui fait d'un adulte un enfant,

qui fait qu'un adulte retrouve cette...neutralité de l'enfance.

Bien sûr que vous n'êtes plus des enfants, vous êtes des adultes

et avez d'autres responsabilités, mais la spiritualité*, 

la voie de l'accomplissement demande,

à celui, à celle qui y marche, de redevenir un enfant, de renaître.

 

 

''En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau,

il ne peut voir le royaume de Dieu ''.

[Jean 3:3]

 

 

"L'incarnation est un départ et la mort un retour"

[Bhaktimàrga 1-3-16]

 

 

Quand j'étais enfant, je me souviens que

je n'avais pas à me préoccuper de ma nourriture, de mes vêtements,

de mon logement ni de ma santé : j'avais la chance que

d'autres s'en occupent pour moi et je ne voyais pas

tous ces efforts déployés en coulisse pour satisfaire mes besoins.

 

 

''C'est pourquoi je vous dis: ne vous inquiétez pas pour votre vie

de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus.

La vie n'est-elle pas plus que la nourriture,

et le corps plus que le vêtement ? ''

[Matthieu 6:25]

 


J'avais juste à m'occuper de vivre mon enfance.

Je vivais dans une merveilleuse pension où des équipes compétentes

s'occupaient des enfants. Je devais faire ce que l'on me demandait

et tout ce que l'on me demandait c'était pour mon bien.

Il y avait une grande discipline libératrice.

Ces emplois du temps précis et appropriés étaient

comme un rituel de yoga : s'y plier était libérateur.

 

Nous, les pensionnaires, ne nous posions aucune question

à propos de notre existence, de la pertinence de ce que nous devions faire :

nous avions confiance et faisions

ce que l'encadrement adulte nous demandait.

 

 

Nous sommes des adultes responsables

 

 

Maintenant que nous sommes adultes, nous devons nous occuper de tout,

non seulement pour nous même, mais parfois aussi pour d'autres

qui dépendent de nous, parents, enfants, animaux, ayant droit etc...

c'est cette autonomie, souvent sans filet, qui nous pèse parfois

et engendre une certaine angoisse. Nous sentons bien que la société

ne va pas vers plus de protection sociale, c'est un peu tendu,

c'est marche ou crève ! Dans une société libérale qui récompense,

soi-disant, le travail par un maigre, bien maigre salaire

il devient difficile d'être enthousiaste et en forme.

C'est pourquoi les gens se dopent.

 

Vous savez que les gens qui vous demandent d'être beaux,

jeunes, en forme, compétents, motivés, vous sentez bien que ces gens

ne veulent pas votre bien ! qu'ils ne sont pas bienveillants !

Vous voyez bien qu'ils ne vous pardonneront aucune faiblesse...

alors ça pèse lourd sur votre ''état-d'âme''.

Difficile, ô combien ! D'aller au Royaume* comme des petits enfants

dans ces conditions !

 

Mais en fait, pour vous qui avez reçu les quatre techniques de la voie,

il vous suffit d'être dans le Service* ! Quand vous êtes dans le Service,

vous redevenez des enfants : vous faites les choses sans vous poser de

questions, avec comme seul objectif de les faire le mieux possible,

sans trop quitter la Conscience du Saint-Nom.

Cette Observance peut vous donner une légèreté digne de l'enfance !

Et là ça devient possible.

 

 

Le but est bien de renouveler

et d’approfondir cette expérience du non-agir.

Quand vous êtes dans le Service, vous ressentez le même état de

Conscience que celui d'un enfant heureux et insouciant.

Vous retrouvez cette confiance à propos de l'existence.

 

 

Une insouciante plénitude

 

 

Comme un enfant heureux, profitez de l'instant.

Bien sûr que dans l'instant présent il ne s'y passe pas toujours

que de bonnes choses...si vous marchez pied nu sur un clou vous aurez mal !

Mais l'instant est tout ce que vous avez de vie.

Bon, ce n'est pas suffisant d'être dans l'instant

pour connaître la Paix*, le bonheur :

si vous avez une rage de dents l'instant perd de son charme !

 

Il vous faut la Conscience de la Grâce*.

La Grâce est perceptible dans ces moments magiques où tout va bien

et où vous êtes complètement satisfaits.

Alors vous vous sentez à votre place,

à faire ce que vous devez faire. Quand je suis dans cet état

d'accomplissement, par l'Observance,

je suis alors comme projeté plus de cinquante ans en arrière

et je ressens le même feeling qu'enfant,

quand je n'avais absolument rien à faire, que je m'ennuyais d'abord et puis

où j'éprouvais un sentiment ineffable de plénitude.

 

Mais aujourd'hui on ne supporte plus de s'ennuyer :

il nous faut toujours quelque chose à faire, à entendre et à voir !

Comment voulez-vous connaître la Paix-intérieure

si vous êtes toujours occupé ?!

 

C'est ça le bonheur : cette espèce de plénitude insouciante,

quand nous sommes pleins et insouciants nous sommes heureux

et ça nous pouvons le retrouver en retrouvant son âme d'enfant.

Nous le faisons par l'Observance de l'Agya.

La pratique de cette voie fait sur nous comme un milieu protégé

sur une âme d'enfant. Par la simplicité il est possible

d'ouvrir la fenêtre du Royaume.

 

 

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation des quatre techniques de Méditation de la voie et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez connaissance de ces techniques et que vous les pratiquez (observer l'Agya). Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji.

 

D'autres Satsang sur ce thème:

 

-Renaître à l'enfant intérieur

-Renaître à l'enfant

-Se débarrasser de soi-même

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur

Tag(s) : #satsang, #enfant, #simplicité, #bonheur, #but, #yogaoriginel, #lavoie

Partager cet article

Repost 0