Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Certains ne pourrons pas être des mystiques, dans cette vie, pour toutes sortes de raisons mais être mystique n'est pas une obligation: le yoga-originel, la voie a plusieurs degrés de pratique. Vous avez peut-être simplement soif de plus de profondeur.

 

L'astérisque* renvoie au dico

 

 

Chacun avance à sa vitesse. Certains vite, d'autres lentement, d'autres s'arrêtent

et il en est même qui font demi-tour. La voie possède plusieurs niveaux de pratique:

l'aspirant, le Marcheur*, le Chela* et le premie*. Vous pouvez marcher

pour être plus zen dans votre vie, surmonter les souffrances en excès

et dépasser la vanité de l’existence telle que la société des hommes

vous la propose. Vous pouvez aussi observer* l'Agya*

pour donner un sens à votre vie. Chacun fera comme il l'entendra.

 

Bien sûr que le propos de la voie-originelle, son propos fondamental,

c'est d'atteindre la Libération*, mais ça c'est comme le paradis des chrétiens

et le jardin d'Allah : on y arrive à la fin. Tant que l'âme* est dans le corps

elle n'est pas libérée. En attendant il faut une autre motivation !

Un but intermédiaire est d'approfondir sa Conscience*,

de vivre l'existence pour laquelle nous sommes venus

et de la vivre de la bonne façon.

 

 

Les chaînes du samsàra sont parfois douces

 

 

Se libérer des chaînes du samsàra ? Mais ces chaînes ne sont pas si terribles

quand on n'est pas dans la confusion* de la dualité*...

manger de bons fromages, avec du bon pain et un verre de vin,

ce n'est pas désagréable ! Avoir Satsang* dans le parfum d'oliban c'est bon.

Pourquoi quitter tout ça ? Un but intermédiaire convient.

 

Suivant ce que vous cherchez à vivre par l'Observance*,

vous aurez une pratique adaptée. Suivant le taux de Vérité*, de Conscience*

dont vous aurez besoin, vous investirez votre temps, votre disponibilité

et il n'y a pas à juger, chacun est libre. Je ne peux que vous parler de l'absolu.

Je vous dis le but. Il n'y a pas à désespérer ni à culpabiliser

si vous ne vous sentez pas aussi concernés par la dévotion* qu'un premie,

à chacun sa mesure.

 

 

Le mystique obsédé

 

 

Évidemment, quand on est obsédé par le but suprême de la voie on est un premie,

un mystique ! Mais d'être un mystique ce n'est pas pour tout le monde

et heureusement : il faut de tout pour faire un monde !

Quand on est un mystique on ne va pas militer pour une cause,

on ne s’intéresse vraiment qu'à notre relation à L'Un*,

non pas que le reste nous indiffère mais nous n'avons pas de temps

disponible à d'autres choses que l'adoration.

C'est ça le bonheur du mystique.

 

Si vous voulez consacrer de l’énergie pour d'autres choses que la voie

ce n'est pas interdit, mais vous n'aurez pas la même expérience

qu'un ou qu'une premie. Ce ne serait pas raisonnable de vouloir vivre

l'expérience intérieure d'un premie, d'un mystique obsédé par Sa Grâce*

et de vivre comme un laïque investi dans le monde.

Il faut choisir, quand on a le choix, et s'y tenir.

Aucun de ces deux choix n'est mieux ou pire qu'un autre.

 

Quel que soit votre manière d'aller sur la voie, n'oubliez pas

de vous méfier du faux-ego*, de la vanité ! C'est le plus important :

ne vous laissez pas berner ! Le ''je'' c'est bien, le ''moi-je'' c'est moins bien.

C'est ce faux-ego qui vous fait souffrir, c'est lui qui fait que vous vous sentez vexé,

frustré et en colère souvent pour pas grand chose, sinon pour rien.

Pour lui l'imagination tient souvent lieu de vérité. La plupart du temps

ce n'est pas une autre personne qui vous fait souffrir, c'est votre vanité,

votre imagination, vos idées préconçues, vos peurs.

La solution à ces souffrances ce n'est pas l'autre qui la possède, c'est vous.

Que l'on ait de l'amour propre, oui, mais cette fierté mal placée, non !

 

 

Ne vous accordez pas tant d'importance

 

 

Qu'importe ce que vous croyez, qu'importe votre avis,

ça n'a jamais fait avancer quiconque : ce n'est pas avec un avis,

une croyance que vous avancerez dans la Conscience.

C'est avec le lâcher-prise dans l'instant. Si personne ne vous fait subir de préjudice,

mettez donc votre vexation dans votre poche et passez à autre chose.

Votre réprobation, votre ressentiment, votre rancune

mettez les dans le Saint-Nom*, en pratiquant la technique

sinon c'est vous qui allez vous empoisonner.

C'est vous qui allez en souffrir, pas l'autre,

le supposé responsable de votre frustration.

 

Accordez moins d'importance à vous-même, ne vous formalisez pas

quand quelqu'un semble vous manquer de respect, sauf si c'est à cause

de votre genre, de votre classe sociale ou de votre origine, alors défendez-vous.

Mais si quelqu'un semble ne pas vous juger à votre vraie valeur

ne le prenez pas mal...ça se calcule en quoi la valeur d'une personne ?

C'est quand vous êtes conscients de L'Un, en vous comme tout autours

que vous avez le plus de valeur. Celui qui vous manque de respect,

à qui manque t-il de respect ? Vous connaît-il ?

 

 

Détachez-vous de l'image que vous avez de vous,

de celui, de celle que vous croyez être :

vous êtes votre âme, dans l'absolu,

même si votre personnalité, vos blessures

c'est aussi vous pour ce qui est de cette existence.

Il y a aussi en vous une source de souffrance,

de confusion et de colère et ce n'est pas vous.

 

 

Impossible de se détacher

sans se raccrocher à autre chose

 

 

C'est impossible de se détacher sans solution de secours, vraiment.

Ce qu'il faut c'est vous attacher à autre chose. Quand vous êtes accroché

à quelque chose il vous faut autre chose à laquelle vous accrocher

pour que vous puissiez lâcher ce à quoi vous êtes attaché.

C'est comme ce petit singe accroché à une peluche qu'il prend pour sa mère...

si vous voulez récupérer cette peluche pour la laver, tendez lui une autre peluche,

le bébé singe l'attrapera et lâchera l'autre. Vous savez bien où je veux en venir,

vous savez à quoi vous attacher...automatiquement

plus vous vous attacherez au Saint-Nom

et plus vous vous détacherez du reste.

 

 

Votre véritable être vaut bien plus que ce que vous croyez.

Quand nous le rencontrons nous voyons à quel point il est unique

et combien il a de valeur !

Mais ce vrai soi n'est pas celui que vous croyez,

quoique vous croyez. Votre véritable identité est tellement douce,

tellement lumineuse que c'est gratifiant de se reconnaître ainsi.

 

 

Alors tendre vers la pleine Conscience de cette identité

c'est vraiment la quintessence du mysticisme ! Mais des mystiques véritables,

il n'y en a pas tant que ça, il y en a même très peu...

il y a beaucoup de monde qui se dit être en spiritualité*,

tant que ça reste au niveau des concepts

et tous ceux qui vivent une vraie vie spirituelle

ne sont pas appelés à être mystique.

Vivre une vie spirituelle c'est déjà beaucoup !

 

Quand je vous parle, je vous parle toujours du plus haut,

mais c'est en libre-service : prenez selon votre faim et votre existence.

Une mère de famille, un chef d'entreprise ne peuvent pas

vivre une existence mystique ; ce n'est pas leur dharma !

Dans l'absolu il faut être détaché, humble et sans pensée

parce que lorsque vous êtes assis en Méditation*, que vous fermez les yeux,

vous devez être détaché de l'extérieur

et attaché à ce que vous trouvez à l'intérieur, au Saint-Nom, à la Lumière*,

et à la Musique*, humble et complètement abandonné, complètement offert.

 

 

La quintessence de la Méditation

 

 

Sans vanité et sans pensée...il faut qu'il n'y ait aucune pensée,

c'est la quintessence même de la Méditation : pas de mouvement,

aucun, et aucune pensée...dans l'absolu.

Mais ne pas accorder d'importance aux pensées,

les laisser passer sans les suivre est déjà bien.

La vraie Méditation, la profonde, Dhyana* dont parle le traité,

commence là ou cesse la pensée. En fait elle ne cesse jamais,

c'est juste votre Conscience qui les quitte.

C'est ainsi et ça l'a toujours été depuis des milliers et des milliers d'années

que la Méditation existe ! Il est des homonymes, des méditations

qui sont des réflexions intellectuelles,

elles ont leur utilité mais ne sont pas Dhyana ni samadhi.

 

 

Le yoga* est au delà de l'hindouisme,

au delà des différentes écoles védiques.

Yoga est un état, pas une discipline. Il y a des écoles,

des disciplines, des sàdhana pour atteindre cet état,

mais il n'appartient à aucune doctrine ni pays ni concept.

Même si vous êtes très occupé à votre dharma*

vous avez le droit et le moyen d'être un vrai mystique

et l'endroit, le moment où vous pouvez l'être

autant que le plus grand de tous les mystiques du monde,

c'est dans la Méditation.

 

 

"Par la Méditation et par le Service tu trouves l'Unité"

[Bhaktimàrga 2-1-33]

 

 

Là vous pouvez vous en donner à cœur joie. Donnez-vous à fond !

Tout le monde est identique dans la Méditation

et même si vous avez des problèmes là,

sachez qu'il se passe des choses quand vous méditez

même si vous ne les ''voyez'' pas. Méditez.

Le train n'a pas besoin que vous regardiez le paysage

défiler par la fenêtre pour avancer.

 

 

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation des quatre techniques de Méditation de la voie et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez connaissance de ces techniques et que vous les pratiquez (observer l'Agya). Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji.

 

 

D'autres Satsang sur ce thème:

-Ne visez pas la perfection

-Ne soyez pas impatient

-Spiritualité: les fausses pistes

 

Avec un smartphone, ou certaines tablettes, le blog est moins confortable

Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur

Tag(s) : #satsang, #simplicité, #spiritualité, #yogaoriginel, #lavoie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :