Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le libre-arbitre n'est pas la liberté mais le fait de pouvoir dire ou ou non, de choisir entre le bien et le mal, entre l'intérieur et l'extérieur, la conscience et la confusion. ce libre-arbitre est donné à l'homme par Dieu et personne ne peut l'en déposséder.

 

 

l'astérisque* renvoie au dico

 

 

 

 

Le libre-arbitre est essentiel, il est l'un des fondements de la nature humaine

aussi important que cette part de Lui que L'Un* a mis en chaque être vivant.

Cette part permet que chaque expiration soit suivie d'une inspiration,

que les battements du cœur se succèdent sans cesse.

Le libre arbitre est un des fruits de l'ego* vous permettant de dire oui ou non.

 

Quand quelqu'un a un électroencéphalogramme complètement plat

et que ses fonctions vitales sont maintenues actives

par des appareillages extérieurs, on dit de lui qu'il est un légume.

Il ne voit plus par ses yeux, n'entend plus par ses oreilles,

ne sent plus les odeurs ni les parfums du monde, ne goûte rien,

ne ressent rien. Vous qui êtes conscients, vous voyez

à travers la fenêtre de vos yeux, entendez, goûtez et ressentez.

C'est grâce à votre Conscience*, mariage de l'âme* et de l'ego.

 

 

Vous êtes faits à partir de la ''matière'' Divine

comme les poteries sont faites de glaise. Vous n'êtes pas plus Dieu

que vous n'avez Dieu en vous, même si vous avez de Lui en vous.

Une goutte d'eau de mer n'est pas la mer.

 

 

Le libre-arbitre est le fondement de votre humanité

 

 

Sans le libre-arbitre vous ne seriez pas des êtres-humains.

Il donne à l'humain la liberté de dire oui ou de dire non.

Cette liberté permet la Conscience. Il ne suffit pas d'avoir l'ego

pour avoir une Conscience, il faut aussi savoir faire la différence

entre le bien et le mal et avoir la possibilité de choisir.

Définir ce qu'est le bien et le mal est une autre affaire !

Pour simplifier je vous donne cette définition:

''le bien est ce qui favorise la Conscience,

le mal est ce qui favorise la confusion ''.

Une autre définition plus aboutie:

''le bien est ce qui favorise l'Unité, le mal ce qui favorise la dualité''.

Pour le reste voyez avec la morale et les lois.

 

 

C'est cette histoire du paradis perdu,

quand l'humain reçoit la Connaissance*

du bien et du mal et qu'il est ''chassé'' du paradis...

l'incarnation est cette expulsion et l'existence terrestre le nouveau séjour.

Pour certaines religions cet épisode est une catastrophe.

Le péché originel et la vie hors du paradis sont une malédiction,

mais c'est une grave erreur ! La prise d'ego, de la Conscience qui va avec

et du libre-arbitre, autrement dit la Connaissance du bien et du mal

-ou le discernement- est une Grâce* que Dieu faite à l'homme

pour qu'il puisse revenir à Lui en toute liberté,

comme le fils prodigue revenu chez son père.

 

 

Chaque médaille a son revers

 

 

Chaque médaille a son revers et le libre-arbitre vous rend si vulnérable,

si faible, confronté à l'inertie de votre nature humaine, animale !

Votre corps et ses sens sont lourds et naturellement portés à privilégier

la réalité la plus ''grossière''. Ce qui est subtil, intérieur, n'attire pas

de prime abord votre attention. L'homme est ainsi comme un oiseau

au vol battu : condamné à battre des ailes s'il ne veut pas tomber.

Pour élever sa Conscience, retourner au Royaume*,

il doit oublier ce qu'il croit savoir, retourner ses sens à l'intérieur.

 

 

Jésus a dit: ''...Si ceux qui vous guident vous disent : voici, le Royaume

est dans le ciel, alors les oiseaux du ciel vous devanceront.

S’ils vous disent : il est dans la mer, alors les poissons vous précéderont ;

mais le Royaume est au dedans de vous...''

[évangile selon Thomas, loggion 3]

 

 

A chaque battement d'ailes, à chaque souffle vous avez le choix

de vous élever ou de rester au sol, de porter toute votre attention

sur les choses évidentes ou sur l'essence de la vie.

Personne ne peut prendre cette décision à votre place !

 

 

L'Un* ne peut rien faire de plus pour vous que ce qu'il fait déjà

et il est inutile de le prier ''Seigneur ignore mon libre-arbitre

et oblige moi à la vertu et à la béatitude''.

L'Un fait déjà le maximum pour vous, à chaque seconde :

il se donne à vous constamment et vous garde en vie...

il a mis une part de Lui en vous pour vous relier à Lui.

Il ne vous reste plus qu'à choisir de prêter attention

à cette part de Lui en vous ou pas.

C'est le libre-arbitre.

 

 

Il ne s'agit pas d'un examen

 

 

Mais il ne s'agit pas d'un test ni d'un examen :

vous n'avez rien à prouver, juste à profiter de ce cadeau

ou à ne pas en profiter. Je parle de ce cadeau de la Conscience.

Que vous choisissiez d'en profiter ou de ne pas en profiter

ne changera pas la nature de Dieu.  Dieu donne comme l'eau mouille

et comme le feu brûle. Vous ne pouvez pas demander à l'eau de sécher

ni au feu de refroidir. La balle est dans votre camp. C'est à vous de choisir

et le fait de choisir n'est jamais définitif : vous pouvez choisir l'illusion

et l'instant d'après choisir de porter un peu de votre attention sur l'essentiel.

 

 

Vous savez ce que vous donne l'Observance* de l'Agya*,

vous l'avez déjà vécu : une existence sous l'influence de la Grâce*,

la Guidance* et la certitude, si rassurante, que tout est sous contrôle

et qu'il advient ce qui doit advenir. La Grâce, Sa Guidance dans votre vie

ne dépendent pas de ce que vous expérimentez dans la Méditation*.

Le fait de voir la Lumière* ou de ne pas la voir, de la voir faible ou forte,

le fait d'entendre les carillons du ciel ou presque rien,

de ressentir le sourire-intérieur, dans la pratique du Saint-Nom*,

ou moins de confusion n'y change rien :

l'Observance vous met où coule la Grâce.

 

 

Alors vivez votre vie en gardant la main de Dieu dans la votre :

méditez autant que vous le pouvez,

ménagez-vous des pauses Saint-Nom

dans la journée et lisez du Satsang*

au moins deux fois par semaine.

Ne cessez pas de battre des ailes.

 

 

Savez-vous pourquoi je vous dis de pratiquer la technique du Saint-Nom

dès que vous vous rendez compte que vous ne la pratiquez pas ?

Parce que vous ne la pratiquez déjà pas tout le temps,

alors quand vous vous en rendez compte faite-le,

sinon...quand le ferez-vous ?

 

 

Ps: le libre-arbitre n'est pas seulement la liberté de dire non,

c'est aussi celle de dire oui.

 

 

"Conscience et libre-arbitre ne font qu'un"

[Bhaktimàrga 1-3-6]

 

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation des quatre techniques de Méditation de la voie et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez connaissance de ces techniques et que vous les pratiquez (observer l'Agya). Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji.

 

D'autres Satsang sur ce thème:

-Science sans conscience

-Motivé par la soif

-Les caprices de l'humanité

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur

Tag(s) : #satsang, #liberté, #yogaoriginel, #lavoie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :