Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand vous rencontrez la Vérité (la vraie, l'universelle) vous vous rendez compte que vous avez appris trop de choses à son sujet et que tout ce que vous aviez appris est faux! Maintenant il va vous falloir tout désapprendre avant de la vivre pleinement.

 

l'astérisque* renvoie au dico

 

 

 

A propos de la voie et pour simplifier, on pourrait dire que c'est une voie

pour la Conscience*, pas pour le mental* et ses différents compartiments:

la mémoire, la personnalité, l'intelligence, le savoir, la culture.

Il n'est pourtant pas question de mésestimer le mental, de le négliger.

Il est un appareil à réfléchir et à comprendre. Le Satsang* utilise des mots

pour dire l'inspiration de l'intérieur et la compréhension a besoin de concepts.

L'enseignement du maître vivant passe par le Satsang et ses mots.

C'est le mental qui choisit ces mots mais un mental inspiré par l'âme*.

 

On peut reconnaître la compréhension grâce aux habits des mots

et si on se contente de l'ineffable, de l'éthéré, de l'informulée Vérité*,

alors on devient muet. Dans notre vie sociale,

dans l'assumation de notre dharma* aussi on a besoin du mental.

Il a été crée pour servir et fait partie

de la personne incarnée que nous sommes.

 

Mais pour aller au centre, dans l'antichambre du Royaume*,

vous n'avez pas besoin de l'intelligence. Vous avez besoin de Conscience.

Quand vous arrivez sur votre zafu, transat ou coussin de Méditation*,

avec vos concepts vous ne méditez pas, vous dissertez, vous réfléchissez.

Les quatre techniques de Méditation qui vous ont été révélées

demandent-elles de réfléchir ? Non, n'est-ce pas ?

 

 

Vous pouvez venir à la voie-originelle avec votre soif de Paix*,

mais si vous y venez avec vos connaissances*, vous vous trompez.

Apprenez à désapprendre.

 

 

Je vais vous raconter l'histoire d'un grand chef de cuisine:

 

 

Il y avait un chef de cuisine si réputé, si respecté que l'on était sûr, si on avait suivi son enseignement, de trouver les meilleures places dans les meilleurs restaurants du monde après l'avoir quitté, que l'on était sûr que les banques nous prêteraient l'argent, tout l'argent nécessaire à notre installation dans notre propre restaurant et que les guides nous donneraient automatiquement notre première étoiles, juste parce qu'on l'on a été un élève de ce chef.

 

Ce chef prenait un apprenti tous les trois ans, un seul et il y avait de nombreux candidats à chaque fois qu'il en cherchait un, aussi leur faisait-il passer des auditions. Au bout de plusieurs mois, il ne resta plus que deux candidats. Le chef les interrogeât. Au premier il posa cette question :

 

-''Alors, dis moi ce que tu faisait avant de venir...''

 

Ce premier candidat répondit :

 

-''j'ai eu un bac pro en cuisine et j'ai fais de nombreux stages chez de grands chefs''

 

Le chef posa la même question au second qui répondit :

 

-''J'ai fais toutes sortes de petits boulots, des stages et j'ai eu des périodes sans emploi mais j'aime cuisiner et faire plaisir aux autres''.

 

Le chef dit alors qu'il prenait ce second candidat comme apprenti. Le premier ne comprit pas cette décision et demanda au chef pourquoi une telle injustice. Lui, qui avait une bonne formation, il ne le prenait pas comme apprenti, alors que l'autre n'y connaissait rien et qu'il était choisi.

 

Le chef répondit que s'il l'avait prit comme apprenti, il lui aurait fallut trois ans pour lui désapprendre ce qu'il connaissait déjà et trois autres années pour lui apprendre ce qu'il voulait lui apprendre. Pour le second, qui ne connaissait rien, il lui suffirait de trois ans.

 

 

 

Plus vous avez de concepts, en arrivant à la voie,

plus il vous faudra oublier de choses, et moins ce sera facile,

parce qu'au lieu d'y marcher simplement, vous vous compliquerez la vie

en vous posant toutes sortes de questions, en vous mettant la pression,

en vous fixant des enjeux sans nécessité et en faisant des commentaires du genre:

''ça c'est bien, comme tu fais et ça c'est mal ''. 

 

 

L'intellect ne vient pas seul

 

 

Le problème, avec l'intellect, c'est qu'il ne vient pas seul sur la voie.

C'est comme si le système d'exploitation d'un ordinateur était infesté par un virus.

Ce virus du mental c'est le faux-ego* et il entre dans la spiritualité*

habillé en bonze bouddhiste tibétain : il a les cheveux raz, il a la robe rouge,

il a un air souriant, doux et humble et semble équanime,

en plus il récite le ôm...vous n'allez pas vous méfier

d'un bonze bouddhiste tibétain !? Il a la voix que l'on imagine

être pareille à celle qu'avait Bouddha, si douce et il nous dit

toutes sortes de choses et nous, pourquoi ne l'écouterions nous pas ?

Nous l'écoutons !

 

 

"Le faux-ego s'attache à la terre et aux sens en oubliant l'essence"

[Bhaktimàrga 1-2-29]

 

 

Il parle d'humilité*, de dévotion*, de chakras, de réincarnation

et il nous dit aussi que nous ne nous y prenons pas bien,

que nous ne sommes pas assez humbles et comment ne pas le croire :

bien sûr qu'on n'est pas suffisamment humble !

Ce ne serait pas humble de penser le contraire !

Et il continue sa litanie de reproches :

''tu n'as pas médité suffisamment et pourquoi est-tu resté si longtemps,

dans la journée, loin du Saint-Nom, dans tes pensées ? ''.

 

Pourquoi le faux-ego, l'ego-spirituel* habillé en bonze nous dit-il ces choses ? 

Pour nous culpabiliser, nous faire abandonner la pratique.

Il nous dit que la voie est bonne mais que c'est nous qui ne le sommes pas,

que ce n'est pas grave, que ce sera pour la prochaine incarnation,

en attendant on quitte la voie et on se passe de la Conscience de la Grâce*

dans notre vie et c'est dommage, dommage pour nous, pas pour lui.

 

Ne l'écoutez pas, faite simplement ce que vous pouvez

en essayant de faire encore mieux à chaque fois avec un cœur d'enfant.

Quand vous êtres dans le Saint-Nom* ou simplement dans la pratique,

c'est bien, qu'importe si vous n'y étiez pas l'instant d'avant

ni combien de temps vous êtes restés ainsi.

L'important c'est que maintenant vous y êtes.

Seul l'instant compte et l'instant présent efface ceux qui ne sont plus.

 

Vous avez passé votre journée à oublier de pratiquer le Saint-Nom,

puis vous y pensez et entendez cette ''petite voix'' qui vous dit :

''tu as passé ta journée à triper dans le monde et tu voudrais revenir

dans le Saint-Nom comme ça ?! Ce serait trop facile ! '' Alors quoi ?

Il vous faudrait une période probatoire avant de recommencer

à vous brancher sur le Saint-Nom, une sorte de purgatoire ?

C'est le mental sous l'influence mauvaise du faux-ego qui vous dit tout ça,

le Seigneur Lui il s'en moque : il n'est pas là pour juger,

il est là pour donner et il donne, alors acceptez son cadeau.

 

Celui qui juge c'est vous, c'est vous qui vous mettez la pression à propos

de ce qui est bien et de ce qui est mal. Vous n'avez pas grand chose à faire,

juste à suivre l'Agya* chaque fois que vous y pensez et que vous le pouvez.

C'est pour que vous soyez heureux. Soyez heureux, soyez heureuse,

faite le maximum et quand vous n'y arrivez pas,

eh bien continuez, vous y arriverez.

 

 

Rendez-vous compte

 

 

Vous vous rendez compte de ce que vous vivez sur cette voie ?

Quand je lis ce que vous écrivez à ce propos, ce que vous exprimez

et que je me souviens de vous avant la Révélation* je vois le chemin parcouru...

je suis certain que vous faites le même constat. C'est génial !

Parfois on ne vois pas le progrès que l'on a fait et ce sont les autres qui le voient

et qui nous disent : ''dis-donc, tu as changé, toi ! ''

 

Profitez de l'endroit où vous êtes et pas de celui où vous auriez voulu être.

L'important est de vivre sa vie, alors soyez en paix.

Si vous n'avez pas été en Paix depuis un moment c'est déjà assez dur comme ça,

il est inutile de vous en vouloir en plus ! Dès que vous avez l'occasion

de vous recentrer, faite-le et n'allez pas encore passer du temps

à vous en vouloir et à vous faire des reproches.

 

Personne ne vous empêchera d'entrer dans le Saint-Nom

sous prétexte que vous en étiez sorti. La Paix* est parfois plus ténue,

plus subtile que les bruits du monde, mais elle vous amène plus loin

que toute l'illusion. Cette petite paix-intérieure, cette petite chanson

que vous pouvez entendre, ressentir quand vous êtes assez modeste

et assoiffé pour vous y consacrer un peu, cette chanson d'amour

vous mène profond  et vous donne la vraie compréhension,

ce sont les évidences qui vous apparaissent.

 

 

C'est merveilleux, c'est juste une histoire d'amour

et si en plus vous comprenez,

c'est bien mais ce n'est pas indispensable...

la compréhension vient en plus :

 

 

''Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu

Et toutes ces choses vous seront données par-dessus.''

[Matthieu 6: 33]

 

 

Si vous ne comprenez pas facilement, eh bien ne comprenez pas,

ce n'est pas grave, communiez. La compréhension, la vrai, c'est la communion ;

c'est exactement ça la vraie compréhension : c'est communier, prendre avec soi.

Il y a des gens dont c'est le dharma d'expliquer, à chacun son boulot,

faites ce que vous pouvez de votre côté et vous serez heureux et heureuses.

 

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation des quatre techniques de Méditation de la voie et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez connaissance de ces techniques et que vous les pratiquez (observer l'Agya). Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji.

 

D'autres Satsang sur ce thème:

-La priorité de votre vie

-Les ambassadeurs du bonheur

-Qu'avez-vous de mieux à faire

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur

Tag(s) : #satsang, #vivre, #yogaoriginel, #lavoie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :