Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur une voie spirituelle vraie, et exigeante, le Marcheur coupe les concepts spirituels qui lui viennent à l'esprit mais qu'il ne se croit pas quitte: les concepts sont comme le gazon le printemps venu, il faut les tondre régulièrement car ils repoussent.

 

l'astérisque* renvoie au dico

 

 

 

L'humain est vraiment partagé entre sa profondeur et sa surface

et il fait des va-et-vient constamment. La profondeur est la Conscience* profonde.

Quand vous êtes dans la profondeur, vous voyez bien la vanité

de beaucoup de choses, de paroles et de pensées.

Mais L'humain est irrépressiblement attiré à la surface

vers les choses compliquées, confuses.

 

 

"Le bien trouvé te mène au Royaume, le mal à la souffrance et à la confusion"

[Bhaktimàrga 1-4-5]

 

 

En accord avec le principe de réalité vous devriez accepter d'être comme vous êtes.

C'est tellement difficile d'être simple. C'est beaucoup plus facile de faire compliqué

que de faire simple ! Souvent le problème, avec la voie,

c'est qu'elle paraît trop simple. Il faut à certaines personnes

quelque chose de plus hermétique.

 

 

Les concepts

 

 

Pour des chercheurs* qui ont passé des années à se sophistiquer,

à manier les concepts, qui ont travaillé à étudier les arcanes hermétiques

des livres secrets la simplicité de la voie est difficile.

Ces gens ne méritent pas moins que d'autres d'être dans la Paix*,

ils ne sont pas nécessairement plus vaniteux mais

ils ont une telle collection de certitudes, de concepts

qu'ils ne sont pas sensibles au Satsang*.

 

 

"Chez l'inconscient le Satsang provoque colère et moquerie"

[Bhaktimàrga 2-4-7]

 

 

La vie des gens repose souvent sur une base tellement fragile

qu'ils se créent des certitudes, comme des piliers de béton,

pour soutenir leur existence. Mais la matière de ce béton

est faite de concepts trouvés dans des livres et taillés à leur convenance

par le mental*. Ces piliers sont fragiles,

aussi mouvants que la vase du fond.

 

 

Les certitudes sont toujours étayées par les concepts

et les concepts ne sont que des concepts, aucun ne vaut plus qu'un autre.

Aucun avis n'est plus pertinent qu'un autre.

Seul compte l'acte.

Seul compte le fait d'être ou de ne pas être à l'intérieur, conscient.

 

 

Vous cherchez le cœur

 

 

Vous le connaissez, vous qui avez reçu la Révélation*et qui observez l'Agya*,

le moyen d'être dans cette Paix* ! Mais j'ai parfois l'impression

que vous cherchez encore. Vous avez trouvé, vous avez tout

mais vous cherchez encore. Vous cherchez le cœur de la voie,

l'essence même, comme on cherche le cœur d'un artichaut

en enlevant les feuilles une à une. Cette habitude de chercher

est difficile à abandonner, décidément !

 

 

Cet effeuillage a du bon, quand les feuilles que vous enlevez

sont des attachements*, des avis, des idées...alors vous enlevez un avis,

un attachement, puis un deuxième, puis un troisième avis,

une idée et encore un autre attachement.

Vous passez du temps à enlever ces feuilles, les attachements,

les avis, les idées toutes faites pour essayer d'atteindre le cœur.

Mais c'est un artichaut magique, c'est un peu comme la ''mauvaise'' herbe :

ça repousse tout le temps !

 

 

C'est comme si quelqu'un essayait de tondre la pelouse une fois pour toutes.

Quand l'herbe commence à pousser, vous prenez la tondeuse

et vous la passez en vous disant : ''ça y est, j'ai tondu !'' mais ça va repousser !

C'est têtu une herbe. ''Ah, vous n'avez pas encore compris !'',

et vous repassez la tondeuse ...''là cette fois ci j'espère que vous allez comprendre

une fois pour toute qu'il est inutile de repousser ! Je serais là avec ma tondeuse

et je repasserais autant que nécessaire ! '' Mais l'herbe, têtue, repousse

et vous essayez de lui faire comprendre qu'il ne faut pas qu'elle repousse !

 

 

Les attachements* c'est la même chose, ils repoussent !

Ils n'ont pas encore compris

que la Paix-intérieure était la plus forte !?

Que la béatitude* était plus pertinente.

Vous repassez un coup de Méditation*,

de Satsang*, de Service*, et ça revient, tout le temps !

 

 

Cessez d'éteindre les attachements

 

 

Vous êtes là, en train de tondre la pelouse et il y a quelqu'un qui vient

et qui vous dit : ''Mais viens, viens te reposer '' et vous lui répondez :

''oui mais la pelouse elle repousse tout le temps !

Je viendrai quand elle ne repoussera plus.'' Mais non, arrêtez,

laissez tomber la tondeuse, asseyez-vous et méditez.

Il n'y a rien à faire avant d'être en Paix ; il n'y a rien à faire

qui soit plus urgent. ''Attend, attend, je finis mon travail et je viens,

je finis avant ce que j'ai à faire et je viens dans la Paix après ''.

 

 

Vous pouvez y aller quand vous voulez ; elle est là en vous.

La Paix-intérieure est à l'intérieure, comme son nom l'indique

et vous pouvez y aller quand vous le voulez.

Il n'y a rien de plus urgent à faire...en général !

 

 

"Il y a en toi tout l'Amour et la Paix"

[Bhaktimàrga 2-5-16]

 

 

Pour les plus motivés des initiés, des pratiquants du yoga-originel de la voie,

les Chela* et les premie*, si vous le pouvez vous pouvez chercher un travail

plus compatible avec la Paix-intérieure et même aller vivre ailleurs,

dans un endroit plus propice. C'est une question de choix d'existence

et bien sûr que ça ne se fait pas en claquant des doigts

et on n'a pas toujours le choix, mais on peut toujours y travailler,

le vouloir, espérer et s'orienter différemment afin d'avoir une existence

plus pertinente vis à vis de la voie.

Des gens effectuent des virages à 180° dans leur existence

simplement pour avoir une existence plus calme, plus saine.

 

 

Sinon, si votre dharma* ne vous laisse pas le choix,

vous pouvez toujours faire du mieux qu'il vous est possible.

Dès qu'on le peut, on prend sa douche, on médite et on retrouve la Paix intérieure

sans plus de difficulté que ça. Pour dire les choses d'une façon plus absolue,

comme tout maître spirituel se doit de le faire, je dis que vraiment

ce n'est pas très compliqué. C'est tellement simple que si l'ego-spirituel*

se rendait compte à quel point c'est simple, il flipperait tout de suite...

'' Mais la shekinah, mais ceci, mais cela...''

mais oui, mais non, laisse tomber, lâche l'affaire ! Ne te crispe pas.

''Non mais moi j'y tiens à mes concepts, j'y tiens à mes idées ''.

 

 

D'abord aller vers Dieu

 

 

Comme si vous deviez d'abord comprendre

et aller vers Dieu ensuite !

Comme s'il était nécessaire d'avoir compris pour aller vers Lui !

Au lieu d'aller d'abord vers Lui et que cette rencontre intérieure

vous donne la compréhension.

C'est ça le bon ordre.

 

 

On comprend ce qui est juste, on comprend...mais commençons par méditer...

[silence]...bon, quand je dis qu'il ne faut pas penser, je parle à propos de soi

et de la spiritualité. Par contre il n'est pas mauvais de penser

à propos de plein de choses : on peut penser à propos de l'écologie,

à propos de son travail, à propos de l'éducation des enfants,

de la voiture, à propos...on peut penser ! Ce n'est pas interdit de penser.

La pensée est un cadeau que Dieu vous a fait pour que vous puissiez

gérer votre vie et être dans votre devoir, dans votre dharma

et accomplir votre Service.

 

 

Vous avez besoin du cerveau mais éviter de penser à soi signifie

de ne pas se regarder vivre. Vivez vraiment votre vie et allez en vous.

Comme sourire-intérieur, la mère de l'ashram, disait tout à l'heure.

C'est ça la vie d'un pratiquant du yoga-originel, mais c'est quoi le but ?

Officiellement, si on devait écrire un manifeste,

le déposer auprès de la préfecture pour créer une association, on écrirait :

''le but de la voie c'est de réaliser la voie'', c'est la Réalisation.

 

 

La Réalisation

 

 

La Réalisation, qu'est-ce que c'est ? Eh bien c'est justement

d'être tout le temps dans la pratique, dans l'Observance* de l'Agya*.

C'est le but. Je ne parle pas pour les Marcheurs mais pour vous,

les pratiquants plus motivés et disponibles, les Chela et premie:

réaliser ça veut dire rendre réel l'Agya dans votre vie,

c'est à dire être dans le Saint-Nom* tout le temps,

alors en attendant vous pouvez y être plus souvent.

 

 

Commencez par y être plus souvent, puis de plus en plus souvent,

ensuite restez-y le plus longtemps possible à chaque fois,

jusqu'à ce que chaque fois où vous êtes dans le Saint-Nom,

au cours de la journée, vous y restiez plus longtemps.

C'est le but !

 

 

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation des quatre techniques de Méditation de la voie et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez connaissance de ces techniques et que vous les pratiquez (observer l'Agya). Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji.

 

Autres Satsang sur ce thème:

-Effeuillez l'artichaut

-Mots vains

-L'illusion du Saint-Graal

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur

Tag(s) : #satsang, #concepts, #illusion, #confusion, #yogaoriginel, #lavoie

Partager cet article

Repost 0