Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

l'astérisque* renvoie au dico

 

 

 

Une fois que l'on est dans cet état de Conscience*

du Marcheur* méditant, cet état va de soi, devient évident, facile.

Si vous partez du mauvais endroit,

ça peut vous paraître impossible parfois,

pourtant il n'y a nulle part où aller,

il n'y a pas de périple à faire ni d'effort : c'est déjà là.

 

 

Vous cherchez le Royaume* alors qu'il est déjà là ! Prenez-en conscience !

Ouvrez les yeux et voyez comme déjà le monde, la création du Seigneur est parfait,

comme les jours sont doux, la Lumière* belle, la Paix* simple à trouver.

Partez du bon endroit.

 

 

"Le Service le Satsang montrent le Royaume au monde,

La Méditation amène le monde au Royaume"

[Bhaktimàrga 2-5-22]

 

 

Dans la spiritualité* orientale et sur la voie on parle du non-être, du non-agir*,

qu'est-ce que ça veut dire ? Que ce soit dans la Méditation* formelle

ou à travers le Service*, tout au long des jours, si vous êtes à la recherche

de ceci ou de cela vous ne trouverez pas, à part des théories et des concepts.

Aller à la recherche de quelque chose qui est déjà là

c'est prendre une mauvaise direction.

 

 

Il est vain de chercher et puis chercher quoi ? Si vous cherchez quelque chose

de précis et que vous trouviez quelque chose qui ne ressemble pas

à ce que vous cherchez, vous continuerez de chercher sans vous arrêter

sur ce qui est déjà là...et vous passerez à côté de la Vérité*.

Si vous avez un concept, à propos de la béatitude*,

à propos de Satçitananda, à propos de la Conscience,

à propos de la Paix, à propos du Saint-Nom*,

si vous avez un concept, un desiderata alors...

vous allez partir à la recherche de ce Graal qui* n'existe pas.

 

 

Beaucoup partent à la recherche du Graal perdu,

mais personne ne le trouve car il n'existe pas.

L'idée, l'image, le concept que vous avez

à propos de la béatitude, à propos de la Paix intérieure,

à propos de Dieu, à propos du maître, à propos de la pratique,

cette image là n'est qu'une image !

Ces concepts ne sont que des concepts.

Aller à la recherche de ces concepts

c'est partir du mauvais endroit et arriver au mauvais endroit.

C'est déjà là, ce n'est pas compliqué. Prenez-en conscience.

 

 

Je dis aux aspirants* que l'idéal, pour recevoir la Révélation*,

serait d'y arriver vide et que ce n'est pas réaliste, enfin plus ou moins

mais qu'à priori on n'arrivait jamais à l'initiation prêt à la recevoir.

Une fois la Révélation reçue, c'est là que commence le travail

que l'on aurait dû faire avant...ça prend parfois six mois, un an, deux ans.

Moins on arrive prêt à l'initiation et plus le temps après est long.

 

 

Qui est le je qui pratique ? Le je qui pratique n'est pas le je qui pense,

qui réfléchit, qui parle dans votre tête. Ce qu'il dit peut-être juste,

mais il n'est jamais que la voix du logiciel cérébral.

Il n'est pas un guide. Ses paroles ne peuvent pas vous guider,

elles ne valent rien même si elles sont censées.

 

 

Les mots du Satsang* du guide* sont comme la flûte du charmeur de serpent:

pendant qu'il en joue le cobra la suit des yeux.

C'est la méthode du prestidigitateur : pendant qu'il fait des mouvements

avec ses mains, qu'il attire l'attention sur un geste, il en fait un autre

qui doit rester caché. C'est pareil le Satsang :

les mots sont là, bien sûr, mais ils ne sont là

que pour occuper l'esprit des auditeurs pendant ce temps là,

la Vérité qui sous tend les paroles du Satsang, peut travailler au plus profond,

éveiller en écho l'âme* de l'auditeur.

 

 

"Le Satsang du guide est Agya"

[Bhaktimàrga 2-4-11]

 

 

Aucun mot n'a plus de valeur qu'un autre, aucun concept n'est mieux qu'un autre,

même s'il paraît plus juste. Un concept est un sophisme.

Vous ne pouvez pas aller dans la béatitude avec des paroles,

avec des mots, des idées...bien sur que vos concepts,

lorsqu'ils sont justes, viennent de la compréhension

qui vous vient de l'Observance*, par la Grâce*...

bien sûr que la bonne compréhension peut vous aider

à vous mettre dans un posture intérieure qui permet d'aller au Royaume,

d'aller en soi dans cet état là où, au départ, il n'y a rien

mais où tout est contenu. Pourtant L'enseignement du guide,

délivré à l'occasion de ses Satsang,

ou des réponses qu'il donne à vos questions,

permet au mental du disciple de comprendre.

 

 

"Sot est celui qui croit être le guide de lui-même

Quand il est le sujet soumis de ses désirs de sa vanité et de ses concepts"

[Bhaktimàrga 3-1-8]

 

 

Mais méfiez-vous du rien qu'il y a dans ce rien là !

C'est un peu comme si sur un écran de cinéma, de télévision ou d'ordinateur

on ne voyait rien, puis petit à petit, à force de regarder ce rien

on voyait apparaître des silhouettes, que les choses se mettaient en place

et que le zoom se rapprochait et que plus il se rapprochait,

plus les choses devenaient précises, devenaient réelles

et plus l'attention se focalise sur ce rien et plus il est plein.

Plus vous pénétrez ce rien et plus vous comprenez, vous réalisez.

 

 

Alors évidemment s'il vous faut trois ans pour vous vider,

après la Révélation, et si vous n'avez pas vraiment soif

vous allez vous lasser et abandonner.

Vous aurez raté l'occasion d'arriver à vos fins, c'est dommage.

 

 

La posture intérieure c'est cet asàna dont parlait Patanjali dans les yoga-sûtras,

ce qui a donné, ensuite et par déformation, les asànas du corps.

Beaucoup de ces asàna sont sans doute très bons pour plein de choses,

mais ces postures, comme le prànàyàma sont vraiment des substituts :

ce n'est pas l'asàna intérieur.

 

 

On peut être pratiquant de la voie

et faire du hata-yoga en plus, pour d'autres choses.

Le hata-yoga, à l'origine et encore aujourd'hui

dans certains ashram mystiques,

est encore une voie vers la Libération

mais en occident il est une sorte de yoga de ''confort'', de bien-être

censé apporter un certain équilibre physique et psychique.

On peut faire plein de choses quand on est Marcheur,

comme la médecine ayurvédique, par exemple...

mais pour ce qui est de l'Observance de l'Agya,

il y a des façons précises de le faire.

 

 

Selon le point de vue que l'on aura, on verra différemment.

La vie est belle ou elle est moche ? Ça dépend du point de vue :

si vous avez un point de vue ouvert, disponible, conscient,

alors vous voyez la beauté de la vie. Tout dépend du point de vue

et la spiritualité c'est pareil. Allez-y sans concepts et sans but, sans raison.

Allez-y parce que c'est l'Agya. Après c'est entre les ''mains'' de la Grâce.

 

 

Ce n'est pas parce que vous allez rechercher l'expérience

que vous la trouverez, au contraire :

plus vous êtes tendu, dans la Méditation,

à la recherche de quelque chose moins vous recevez.

Soyez vraiment dans le non-agir, dans la contemplation.

Vous méditez, juste vous méditez. Ça change tout, la bonne posture...

ça change votre point de vue, l'expérience que vous faite de votre vie.

 

 

"Le Non-agir n'est pas le rien faire comprenne qui pourra"

[Bhaktimàrga 2-3-3]

 

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation des quatre techniques de Méditation de la voie et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez connaissance de ces techniques et que vous les pratiquez (observer l'Agya). Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji.

 

Autres Satsang sur ce thème:

-Spiritualité et fausses pistes

-Vouloir la perfection

-Se libérer de soi

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur

Tag(s) : #satsang, #illusion, #confusion, #yogaoriginel, #lavoie

Partager cet article

Repost 0