Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Certains veulent dédier leur vie à la spiritualité et jettent leurs costumes, leurs bijoux aux ordures: ils quittent leur travail, leur famille et croient être détachés mais ce n'est pas vrai; Ce qu'il faut lâcher c'est l'idée que l'on a de soi-même.

 

 

l'astérisque* renvoie au dico

 

 

On a soif, on a besoin de Paix

 

 

Si on est arrivé à cette voie, si on postule à cette voie, si on y reste,

si on y observe l'Agya* c'est que l'on a soif de Paix.

Après on lui donne le nom que l'on veut, que l'on peut, qu'importe :

cette Paix est unique. Une majorité des gens qui ont besoin d'elle

ne postulent pas à recevoir la Révélation parce qu’ils n'ont pas rencontré

le Satsang*. La plupart du temps les gens n'ont pas soif

et quand on n'a pas soif on ne boit pas. Parfois on ne met pas le mot Paix

sur ce besoin. On sait que l'on a un besoin inassouvi

et on court sans savoir après quoi.

 

 

Ce besoin est là parce que cette Paix est en nous et que notre âme*

en a gardé la mémoire au delà de la confusion du mental*

et des bruits de la société des hommes. La Paix dont je parle n'est pas la paix

des armes. La paix des armes, on en a besoin aussi,

mais là il ne s'agit pas d'elle.

 

 

"Il y a de l’eau sous le désert, si tu persistes à creuser tu la trouveras.

Encore faut-il accepter d'avoir soif et de boire"

[Bhaktimàrga 2-5-18]

 

 

Quand on a la Grâce* de vivre dans un pays où la paix des armes règne,

on se rend compte qu'elle ne nous suffit pas, que le désir, le besoin de Paix

continue de nous occuper. Cette Paix, à laquelle notre âme aspire,

ne peut être obtenue par des biens matériels.

Même quand on atteint un certain accomplissement social et sentimental,

il reste ce besoin inassouvi. Combien de personnes, ayant tout

ce que l'on peut rêver d'avoir, consultent des psychanalystes ?

On pourrait les considérer comme des enfants capricieux

mais ils ont tout sauf cette Paix que rien ne peut acheter.

 

 

Vider son seau

 

 

Cette Paix c'est la Paix de l'âme et on ne la trouve qu'en soi.

Bon, imaginons qu'on nous ait expliqué ce qu'est cette Paix,

qu'on nous ait donné le moyen d'aller y puiser, en soi,

ce n'est pas suffisant.

Pour aller puiser à sa source qui est en soi il faut se vider :

on ne peut aller puiser l'eau d'un puits avec un seau plein.

 

 

"Va au Royaume intérieur et reste dans la plus parfaite Paix "

[Bhaktimàrga 1-3-18]

 

 

Il faut accepter de faire table rase de celui que l'on croit être.

A la base on ne sait pas faire le tri entre ce que l'on croit être,

ce que les autres croient que nous sommes. Nous sommes pris

dans cette confusion, alors il faut vider ce seau de confusion

avant de le plonger dans le puits de la Vérité*. Comme nous n'avons pas

le discernement nécessaire pour trier le bon du mauvais, le vrai du faux

on ne peut pas dire : « je prend la Paix dans mon sac et je laisse le reste »

On ne peut pas se dire que l'on va ranger cette Paix sur notre étagère

à côté de nos livres, nos CD, nos dossiers et nos photos !

Il faut vraiment lui faire toute la place.

 

 

Ensuite, quand on a le moyen d'aller puiser cette Paix au fond de soi,

quand on va la puiser, qu'on l'expérimente, qu'on en connaît le goût

on voit émerger quelque chose de nous qui n'est pas que

la faculté de contempler l'Amour* de Dieu.

Ce que l'on voit émerger à la surface de notre Conscience*

c'est nous : le véritable nous !

On se rend compte que le vrai nous est là ;

en nous et qu'il était enseveli sous la confusion.

 

 

Quand on ne peut se détacher de nos idées, de tout ce que l'on croit,

on ne peut vivre sa vie car avant de vouloir vivre sa vie il faut savoir qui vit cette vie.

Ensuite, quand on sait qui on est, on peut commencer à savoir quoi faire de sa vie.

Il faut se retrouver soi même et celui que l'on est c'est vraiment

cette Conscience pure, notre âme mariée à l'ego*.

 

 

Qu'est-ce que cette âme fondamentale, qui est le vrai soi,

veut faire de son existence ? Fondamentalement.

Oh bien sur qu'il nous faut vivre, manger, aimer, faire mais fondamentalement ?

Le véritable accomplissement* n'est pas l'accomplissement social, non.

Croyez-vous que la société a autant de considération pour vous

que vous en avez pour elle ? C'est comme dans une entreprise :

des ouvriers se dévouent durant vingt ans et un jour

ils reçoivent un courrier de licenciement : l'usine se délocalise

pour un pays à bas coût. L'ouvrier ne comprend pas,

il est comme un homme trompé. Il aimait son usine, elle était toute sa vie

et voilà que l'usine ne l'aimait pas et sans va pour des ouvriers moins chers !

Sa souffrance est alors si forte et l'usine, l'entreprise s'en moque.

 

 

Il faut savoir prioriser. Il faut savoir vivre sa vie nous même

et pour nous même et pas par procuration ni pour quelqu'un,

ni quelque chose d'autre. Cette vie est unique, même si nous devions revenir

dans une autre existence ce ne serait pas la même vie.

Alors vivons la pleinement, en toute Conscience :

donnons lui la priorité.

 

 

Pour la vivre pleinement il faut la vivre en toute Conscience

et pour ça accepter de se vider de tout ce que l'on croit,

de vider son seau pour aller puiser l'eau de la paix

au fond du puits de la Vérité.

 

 

Simple d'esprit

 

 

Le Christ donnait à ce puits le nom de Royaume* et prévenait qui voulait

l'entendre qu'il était impossible d'aller en ce Royaume si on n'était pas

comme un enfant, si on n'avait pas l'esprit simple. Que voulait-il dire ?

Que si on était intelligent on ne pourrait pas aller en ce Royaume ?

Qu'il fallait être un attardé, un simple d'esprit ?

Non ! Il s'agit de ce qui a été expliqué plus haut :

vider son seau.

 

 

Il est coutume de dire qu'en spiritualité profonde, impactante

il faut être détaché, alors on se débarrasse de sa gourmette en or,

de ses costumes en alpaga, de sa montre Rolex, de sa voiture

et on s'étonne de ne pas y arriver.

Ce n'est pas de ce détachement* là qu'il s'agit :

c'est facile de se débarrasser d'objets extérieurs à soi même.

Non ce dont il s'agit c'est de se débarrasser de son vieux soi,

de l'image que l'on en a et de tout ce que l'on croyait savoir.

 

 

On cite souvent le dialogue que le Christ aurait eu avec un certain Nicodème,

à propos du fait de mourir et de renaître :

 

 

«En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître de nouveau,

personne ne peut voir le royaume de Dieu

et Nicodème de s'étonner :

« Comment un homme peut-il naître quand il est vieux?

Peut-il une seconde fois entrer dans le ventre de sa mère et naître?».

Mais il s'agit d'une renaissance spirituelle :

«En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d'eau et d'Esprit,

on ne peut entrer dans le royaume de Dieu ».

[Jean 3.1-21].

 

Celui qui voudrait renaître à l'esprit sans mourir préalablement

serait un resquilleur ! C'est bien pour ça que peut de gens s'inscrivent

dans une démarche spirituelle* profonde, parce qu'ils ont peur de ça :

de devoir mourir à eux-même. Mais ils ne savent pas ce que c'est

et ils ont peur pour rien. En eux est une chose qui a peur à leur place et,

se faisant passer pour eux, leur font peur, cette chose c'est la vanité,

ce que certains nomment le faux-ego*.

 

 

Il faut accepter de se vider avant de vouloir se remplir

et cette acceptation est du domaine de notre libre-arbitre.

Vouloir se remplir d'Amour sans se vider de ses concepts ça ne marche pas.

C'est complètement irréel. Il faut se vider de l'idée que l'on a

sur le gouvernement, sur les jeunes, sur les vieux, sur Dieu, sur les fraises, sur soi :

il faut se vider de ses idées, venir au Royaume comme des petits enfants.

Des enfants de moins de sept ans, parce qu’après ils ont des tas d'idées !

 

 

Se libérer de soi-même

 

 

Dans une vraie démarche spirituelle

il faut cesser de donner son avis :

moi je pense  ça et je pense ça aussi et ça et ça encore !

Parce que l'on n'entre pas dans le Royaume avec des idées.

Si vous tenez à vos idées, alors gardez les,

si vous n'y tenez pas plus que ça, alors cessez d'y penser.

Libérez vous d'elles et libérez vous de vous même,

de ce vous même que vous croyez être.

Le véritable vous même gît au fond du puits.

 

 

Tant que ce moi sera mis en avant il n'y aura pas l'Amour de Dieu,

la Paix intérieure. Jusqu'à présent, à moins que je ne me trompe,

ce moi ne nous a pas bien réussi dans la vie. Maintenant si vous êtes contents

de vous alors très bien, mais si ce n'est pas le cas, débarrassez-vous de tout ça !

Sommes-nous la personne la plus capable de nous rendre heureux ?

Les gens ne croient tellement pas ça que la plupart du temps ils comptent

sur une autre personne pour les rendre heureux. Impossible !

Personne ne peut nous rendre heureux à notre place.

 

 

On veut rencontrer l'amour de sa vie, mais l'Amour de sa vie est à l'intérieur de soi !

Après on peut partager son existence avec un autre être humain,

ce n'est pas la question...on peut vivre avec une autre personne,

avoir des enfants et une maison, un jardin, une auto

mais il ne faut pas croire que le bonheur viendra de là.

Le bien être, pourquoi pas, mais le bonheur non :

le bonheur vient du dedans de soi,

quand on va à sa rencontre.

 

 

Les enfants nous quittent, les conjoint aussi, bien souvent,

et les maisons peuvent être inondées, brûlées, nous être reprises par la banque,

notre conjoint...mais le bonheur du dedans personne ne peut nous l'enlever !

Le bonheur il ne vient pas de quelqu'un d'autre ni de quelque chose !

 

 

Je ne parle pas de la satisfaction ni du bien-être, je parle du bonheur,

de la joie de l'accomplissement. Ce bonheur vrai il existe en nous :

il est déjà là, c'est nous qui n'y sommes pas.

Le bonheur est entier contenu dans l'instant.

C'est cet instant qu'il nous faut retrouver.

C'est tout le propos de la voie : retrouver cet instant,

porte de la béatitude* éternelle.

 

 

"Celui qui s'oublie s'unit à L'Un dans la béatitude"

[Bhaktimàrga 2-5-29]

 

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation des quatre techniques de Méditation de la voie et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez connaissance de ces techniques et que vous les pratiquez (observer l'Agya). Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji.

 

Autres Satsang sur ce thème:

-Êtes-vous sûr d'être vous ?

-Spiritualité, les fausses pistes

-Être ou paraître

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur

Tag(s) : #satsang, #détachement, #humilité, #conscience, #yogaoriginel, #lavoie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :