Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Amour que Dieu a pour vous est infini, vous ne le recevez qu'en fonction de ce que vous donnez.  Plus vous vous donnez et plus vous prenez conscience de Son Amour et plus vous croyez en recevoir. mais Dieu vous donne tout tout le temps.

 

 

l'astérisque* renvoie au dico

 

 

 

"Comme on se donne on reçoit " n'est pas seulement une formule,

ou si ça en est une elle est mathématique.

Ce n'est pas une image ni une métaphore mais bel et bien une réalité.

Cet aphorisme n'est pas non plus un concept forgé par l'intellect,

à partir de lectures et de réflexions diverses,

il a pour origine une constatation faite à partir de la pratique.

 

 

"Comme on se donne on reçoit " ne veut pas dire

qu'en fonction du nombre de choses que vous donnez

vous êtes récompensé en proportion. Ce dont il s'agit

c'est de la façon que vous vous donnez, la posture-intérieure où vous êtes

quand vous vous donnez.  Pour aller plus profond dans la Conscience*,

il s'agit de donner aussi ses peurs, ses certitudes,

l'idée que vous avez de vous et l'attachement à cette identité.

Il s'agit de vous donner vous. ''Comme on se donne on reçoit ''.

 

 

"Depuis toujours ceux qui veulent se donner rencontrent la voie"

[Bhaktimàrga 2-1-32]

 

 

A chacun selon son dû

 

 

Par exemple, un pratiquant de la voie qui médite de temps en temps,

à l'occasion comme on va à une séance de yoga* ou de feng shui,

qui vient lire du Satsang* sur le blog une ou deux fois par mois

et qui ne correspond jamais avec le guide* de la voie,

ce ou cette pratiquante recevra, dans sa vie,

en proportion de son ''investissement''.

C'est comme pour toutes les activités humaines.

 

 

Un disciple, ou Chela*, qui méditera chaque jour, lira du Satsang

deux fois par semaine et entrera en contact, par mail,

avec le guide* de la voie régulièrement, et ainsi aura son enseignement,

ce disciple recevra plus, ira plus profond dans la Conscience*.

C'est ainsi aussi pour le dernier degré de pratique,

celui de la dévotion*, ou premie*.

 

 

Cet état de fait constaté n'est pas dû à la volonté de L'Un*

qui récompenserait ainsi les pratiquants,

non mais quand vous mettez la main dans l'eau,

seule la main est mouillée et si vous y plongez tout le bras,

le bras entier est mouillé. C'est un fait physique,

une réalité indéniable, incontournable.

 

 

C'est aussi pour ça que les Satsang destinés aux Chela

et ceux destinés aux premie demandent, pour être lus,

des codes d'accès différents.

 

 

Quand vous vous donnez, en étant disciple, ça signifie que vous vous disciplinez

et là vous vous donnez plus et recevez plus.

Quand vous réussissez à donner vos doutes, vos peurs, vos traumats du passé,

en sachant que ce n'est pas votre moi profond qui est concerné

par ces miasmes mais votre identité de cette existence présente,

ce moi que votre éducation, votre passé et vos idées ont fabriqué.

 

 

Quand vous en êtes là, disant à Dieu:

''Seigneur, reçois ma dévotion, reçois ma soif de Toi, je me moque bien du passé '',

alors c'est que vous avez trouvé la perle du chemin, la dévotion* ou bhakti.

Alors vous êtes devenus un ou une premie.

Quand vous souffrez, eh bien vous souffrez...

en attendant que cesse cette souffrance,

car la souffrance s'en va comme les nuages d'une dépression partent

quand un anticyclone les pousse, vous continuez votre existence

et l'Observance* de l'Agya*. Qu'importe la météo de vos ''états-d'âme'',

vous ne désirez que d'être conscient de Sa Grâce* !

 

 

"Qui se garde dans l'Agya reçoit de L'Un Sa Grâce

Se voit libre de tout attachement comme de toute aversion"

[Bhaktimàrga 2-2-19]

 

 

Ce qui vous plaît le plus

 

 

Vous donnez la priorité, toute votre attention

à ce qui vous intéresse le plus dans votre vie

et qu'est-ce qui vous intéresse le plus dans votre vie ?

Sont-ce vos souffrances ? Si oui, alors gardez-les

et réchauffez-les dans votre mémoire, consacrez leur du temps,

mais si ce qui vous intéresse le plus c'est la Paix* du dedans,

votre relation à Dieu, alors occupez-vous, en priorité, de ça.

 

 

Si ce qui vous plaît le plus c'est l'Amour*, la Paix, la douceur que vous trouvez

en votre dedans, en pratiquant le yoga-originel, autrement dit en observant l'Agya,

alors passez-y du temps, consacrez-y de l'énergie et une part conséquente

de votre attention...''comme on se donne on reçoit '' !

 

 

C'est un peu inutile d'aller sur une voie spirituelle

si la spiritualité* n'est pas une de vos ''préoccupations'' principales.

 

 

Un Marcheur*, une Marcheuse

voudra seulement un mieux être dans sa vie,

voudra plus de profondeur, de Conscience,

souffrir moins, c'est ce qu'il ce qu'elle recevra.

Un ou une disciple, ou Chela, voudra plus de spiritualité,

voudra échapper à la tyrannie de la confusion, du faux-ego,

il ou elle voudra devenir meilleur, c'est ce qu'il ou elle recevra.

Un ou une premie voudra tout et surtout voudra se donner à L'Un*,

et c'est exactement ce qu'il fera:

il se donnera sans rien attendre en retour

et il aura la perle du chemin.

 

 

La vie spirituelle est profonde et chacun y trouvera ce qu'il cherche.

"Comme on se donne on reçoit ''. Ce qu'il s'agit de ne pas faire

c'est de se plaindre de ne pas recevoir plus quand on se donne peu.

Vouloir tout et ne rien donner est contre-productif !

 

 

Ne soyez pas capricieux, capricieuse: on ne peut pas avoir la Paix, l'Amour*,

la sérénité, la Lumière*-intérieure, la pleine-Conscience et garder ses concepts,

tous ses centres d’intérêt, ses croyances, sa vanité, son quant-à-soi etc.

On ne peut pas tout avoir et ne rien donner.

C'est physique, comme le principe d'Archimède.

 

 

Se donner ou ne pas se donner

 

 

Chacun est libre de se donner ou de ne pas se donner

et personne n'est en droit d'en juger car le don de soi ne se voit pas toujours

de l'extérieur et la relation que chacun a avec son Créateur ne concerne que lui.

S'il vous plaît d'en parler, de partager, alors grand bien vous fasse !

Personne n'a rien à dire à ça.

 

 

''Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère,

et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? ''

[Luc 6:41]

 

 

Si vous préférez rester dans la confusion personne n'y peut rien.

Le propre de la confusion c'est aussi de ne pas se rendre compte

que l'on est dans la confusion, dans son illusion.

Pour celui qui a des oreilles pour entendre, le Satsang*

a le pouvoir de faire qu'il s'en rende compte.

Sauf si sa vanité parle le plus fort.

 

 

"Seuls ceux qui ont des oreilles pour entendre entendent le Satsang"

[Bhaktimàrga 2-4-6]

 

 

La vanité vous fait tant de mal; c'est elle qui vous laisse dans la confusion

et vous empêche de vous en rendre compte. Nous ne voulons pas admettre

que l'on ne sait pas, que l'on est faible et incapable et nous tenons fermement

nos concepts sans jamais avouer que nous nous trompons.

Vous savez ce qu'il est coutume de dire, dans le milieu psychiatrique,

à propos des malades ? Que

"quand un malade reconnaît qu'il est malade c'est le début de sa guérison".

 

 

Rester dans la confusion,

sacrifier son évolution spirituelle à sa vanité

est un aveuglement dommageable.

mais le libre-arbitre prévaut.

Vous savez, le libre-arbitre

n'est pas que la possibilité de dire non,

c'est aussi celle de dire oui.

 

 

La seule solution

 

 

Chercher de la logique dans la confusion* est une illusion*, une erreur.

Chercher à démonter le "process" de la confusion, en espérant ainsi s'en libérer

est une démarche inspirée par la confusion. Ce n'est pas ainsi qu'il faut s'y prendre.

Espérer se libérer de son ignorance par ses propres forces

est le fruit de la vanité et de l'aveuglement. Une bougie éteinte

ne peut s'allumer seule, il lui faut une bougie allumée pour l'allumer.

Vouloir s'en sortir seul, spirituellement,

c'est obéir à sa vanité et la vanité est vaine.

 

 

Quand la bougie allumée vous a montré des techniques de Méditation* efficaces,

vous les pratiquez mais les techniques, aussi puissantes soient-elles,

ne font pas tout. Ce qui compte le plus c'est la posture

et cette posture n'est pas une posture du corps physique,

elle est une posture intérieure faite d'humilité*, de lâcher-prise*,

de simplicité, de détermination et de constance.

Là je destine cette partie du Satsang aux Chela !

Pour ceux qui sont des Marcheurs, v

otre but étant autre, mes conseils seront différents.

 

 

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation des quatre techniques de Méditation de la voie et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez connaissance de ces techniques et que vous les pratiquez (observer l'Agya). Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji.

 

D'autres Satsang sur ce thème:

-Comme on se donne on reçoit (2)

-Donner

-A bon arbre bon fruit

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur

Tag(s) : #satsang, #dédication, #grâce, #yogaoriginel, #lavoie

Partager cet article

Repost 0