Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Conscience profonde, quand on la connait depuis un moment, a toujours le même gout, la même couleur depuis le début: elle ne change pas. On s'aperçoit qu'elle est la même tout au long de notre vie. On peut s'y appuyer toute sa vie.

 

Se déchire le voile

 

Parfois la Conscience est soudaine et radicale comme quand depuis des jours le ciel est sombre, qu'il pleut et que vous ne voyez pas le soleil. Au bout d'un moment votre humeur s'en ressent et c'est comme s'il n'avait jamais fait beau.

 

Vous prenez un avion...il décolle et, au bout de quelques secondes, traverse la couverture des nuages pour se retrouver, d'un coup, au beau milieu d'un ciel bleu, éclairé par un soleil bien rond, jaune et brillant. Alors de votre cœur se déchire le voile qui l'obscurcissait. Vos yeux s'écarquillent et c'est comme s'il n'avait jamais fait mauvais temps.

 

C'est la même chose pour la Conscience* : vous êtes, depuis un moment, dans la confusion morose, dans vos pensées, vos impressions et puis, vous en apercevant, vous faites une pause Saint-Nom* et c'est la Conscience, d'un coup ! Et c'est comme si la dualité, la confusion n'avaient jamais existé.

 

[l'astérisque* renvoie au dico]

 

Votre Conscience d'être

 

Quand vous méditez, c'est comme si vous étiez au centre d'une sphère sans limites. Cette sphère ce n'est pas le monde, ni l'univers, elle est votre Conscience d'être. Sans garder une part de votre attention sur le Saint-Nom, comme une ancre, vous restez éloigné de votre centre.

 

Quand vous méditez, vous retrouvez le centre de cette sphère et cette sensation de légèreté, d'ouverture et d'apaisement que l'on a quand on crève la couverture des nuages noirs, en avion, et que l'on se retrouve au milieu de l'immense bleu du ciel. C'est fabuleux. C'est comme si plein de petits câbles, qui vous attachaient au monde de l'illusion*, se détachaient et vous laissaient libres.

 

''Le regard en Conscience voit L'Un en tout, celui de l'illusion ne voit que formes''

[Bhaktimàrga 1-1-5]

 

Le Saint-Nom est le socle

 

Quand je suis dans le Saint-Nom je ressens le même feeling qu'en mille neuf cent soixante quinze, quand j'étais en Inde, que je vivais à l'ashram et que je méditais, le matin, sur la terrasse face à la grande plaine qui courait jusqu'aux contreforts de l’Himalaya. Le ciel était rose et bleu pâle, les cimes enneigées jouaient aux nuages avec les nuages et l'air frais sentait bon le jasmin.

 

''Saint-Nom Verbe Satnam qu'importe, il prend la Conscience qui s'offre et lui donne la Paix '' [Bhaktimàrga 1-1-25]

 

Aujourd'hui je sens le même feeling, l'Himalaya en moins et quelques années en plus. Alors, cette joie...ce n'était pas les indes ? L'ashram ? L’Himalaya ? C'était le Saint-Nom !? Oui : c'était, en ces temps là, le Saint-Nom comme aujourd’hui. Il n'a pas changé et ne changera jamais. Il est le socle de notre vie. Évidemment, si tu habilles le Saint-Nom avec le parfum des épices, le chant d'un bol tibétain, les colliers de fleurs et l’encens, qui élève ses volutes jusqu'au fond de tes souvenirs, c'est cool. Mais le Saint-Nom ne change pas. La Vérité* est belle même toute nue.

 

Habiller l'instant c'est bien pour le mental*. Le mental n'est pas mauvais en lui-même ! Il est l'outil de votre Conscience. Sans lui elle serait aveugle, sourde et muette.

 

C'est à la Conscience de se servir du mental

 

Ce ne doit pas être à l'absence de Conscience de prendre les rênes du mental. On voit ce que ça fait, quand c'est l'inconscience qui prend les manettes : il n'y a qu'à regarder la marche du monde des hommes pour s'en rendre compte, comment la financiarisation nie l'être humain au profit de quelques uns, comment on tue, on spolie, on pollue, on viole pour satisfaire ses pulsions les plus primaires, les plus basses. Non : il vaut mieux laisser le mental entre les mains de la Conscience. Ce qui compte c'est celui qui utilise l'outil.

 

On le sent bien quand le mental est loin du centre. Quand vous avez reçu la Révélation* des quatre techniques du yoga-originel, que vous avez l'Agya* et ma guidance*, vous avez le choix de continuer dans la confusion ou de vous asseoir et de méditer quelques instants pour revenir au centre. Vous le savez, quand vous êtes en Conscience ou pas. Quand on est conscient on a cette légèreté de l'être, on a cette certitude, ce calme, cette force tranquille et cette joie douce et profonde .

 

Quand on voit la société humaine, on voit les fruits du faux-ego*, de l'inconscience. Voulez-vous ces fruits ? Non, alors, vous qui savez comment faire: fermez les yeux et retrouvez le calme fondamental du centre, de l'union.

 

D'autres Satsang sur ce thème:

-La Conscience et l'inconscience

-Le soleil brille encore

-Yoga et dualité

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable

si possible, visitez-le depuis un ordinateur

Tag(s) : #satsang, #grâce, #bonheur, #yogaoriginel, #lavoie

Partager cet article

Repost 0