Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La voie peut se vivre dès que l'on est dans le bain, après la Révélation mais c'est comme pour l'océan: vous pouvez nager en surface ou plonger plus profond: c'est selon votre soif de profondeur mais si vous voulez aller profond acceptez d'être guidé !

 

 

l'astérisque* renvoie au dico

 

 

 

 

 

 

Se vider avant de se remplir

 

 

Je dis à ceux qui demandent la Révélation* que la période d'attente

[quatrième-cercle : Galiyārā*] est déjà la voie et que durant ce temps

ils se vident. Comment se remplir sans s'être vidé avant ?

C'est impossible de remplir un récipient déjà plein.

 

Quand vous avez déjà reçu la Révélation, que vous êtes un pratiquant,

Marcheur*, Chela* ou premie*, il est bon de lâcher prise, vous le savez...

se détacher. Lâcher prise c'est se détacher. Quand vous tenez quelque chose

et que vous le lâchez vous vous détachez ! Pour accepter de lâcher

il vaut mieux avoir autre chose à attraper. C'est important,

voyez Jean, dans son évangile, au chapitre 3, versets de 3 à 8:

 

''En Vérité, en Vérité je vous le dis, si un homme ne naît de nouveau

il ne peut voir le Royaume de Dieu ''.

 

La question que Nicodème pose est:

''comment un homme peut-il naître quand il est vieux ?

peut-il revenir dans le sein de sa mère ?''

 

Jésus répondit:

''En Vérité, en Vérité je te le dis: si un homme ne naît d'eau et d'esprit

il ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair

et ce qui est né de l'esprit est esprit.

Ne t'étonne pas de ce que je t'ai dis il faut que vous naissiez de nouveau ''.

 

 

C'est ça ! La Conscience de l'âme doit renaître par le Saint-Nom:

ce qui est né de l'esprit est esprit.

Le mot esprit signifie âme et aussi Esprit-Saint

ou Saint-Nom. Ce qui est né de la chair est chair.

Le mental aussi est chair en ce sens où il est attaché au corps,

il naît et meurt avec le corps. La Conscience naît par le Saint-Nom,

par la Conscience du Saint-Nom.

 

 

"La pleine Conscience est la raison de l'Agya,

On la désigne par Satçitananda ou Royaume"

[Bhaktimàrga 2-2-24]

 

 

Cet ennemi

 

 

Le propos qui suit s'adresse à ceux des pratiquants qui peuvent,

qui veulent aller plus profond dans leur démarche spirituelle,

les Chela et les premies: votre plus grand ennemi c'est vous-même.

Le père de tous les attachements c’est l’attachement* à soi.

Vous devez laisser ''mourir-le-vieil-homme'', la ''vieille-femme''

pour que naisse le nouvel homme, la nouvelle femme.

L'Observance* n'apporte pas seulement le réconfort,

elle apporte la mort du vieil homme, de la vieille femme.

 

 

Certains qui désirent aller très profond, sur cette voie,

y trouvent la guerre, la guerre au vieux soi

et ce n'est pas ce qu'ils attendaient !

Mais pour que naisse le nouveau soi

il faut laisser mourir l'ancien.

La souffrance vient de votre attachement.

 

 

Si ce que vous recherchez est un mieux être, plus de Conscience*,

alors il est inutile d'aller aussi profond: il suffit de méditer vingt minutes par jour,

de lire du Satsang* une fois ou deux par semaine et de continuer

comme vous le faisiez avant la Révélation .

Mais si la soif du pratiquant est plus profonde, qu'il ne s'étonne pas si,

en allant profond, il commence par soulever un ''nuage'' de vase

et qu'il en soit, un moment, déconcerté.

 

Être plus cool n'est pas le but de la spiritualité*. Le but est de réveiller,

d'approfondir sa Conscience*. Pour certains ça se fait dans la Paix*,

la douceur, pour d'autres ça se fait dans la douleur.

L'important est que ça se fasse. Pour renaître, en Conscience,

il faut accepter de mourir à ses vielles idées.

 

 

Pour se fondre dans l'eau il ne faut pas être d'huile.

L'huile ne se fond pas dans l'eau elle reste à la surface.

Pour se fondre dans le Saint-Nom* il est nécessaire de renaître,

d'approfondir sa Conscience. Parfois ça se fait dans la douleur...

mais qui souffre ? C'est votre attachement qui souffre,

mais cette souffrance n'est qu'une illusion*.

La Conscience de Sa Grâce* rend heureux comme un enfant aimé.

 

 

La Lilà

 

 

C'est ça le travail que fait la vie de Chela et de premie.

C'est à cause de la Lilà*, ce jeu qui se passe avec entre vous et moi:

je remue parfois ce qui gît au fond ! Si vous avez demandé à être Chela,

alors acceptez-le. Si vous désirez recueillir la graine

il faut bien que la paille soit battue ! Sinon comment jeter l'ivraie

et garder le bon grain ? Si vous n'êtes pas prêt à voir votre vanité souffrir,

alors restez Marcheur. Quand on accepte d'avoir un guide*

il ne faut pas se plaindre d'être guidé.

 

C'est l'attachement qui crée la souffrance,

pas le processus d'approfondissement de la Conscience.

Le lâcher-prise c'est bon pour vous !

C'est utile pour ne pas souffrir, maintenant vous avez le libre-arbitre.

Mais cette souffrance de la vanité blessée, des mauvais souvenirs,

d'un passé mal digéré, cette souffrance, si elle est parfois grande

est illusoire, comme celle que l'on ressent

dans un mauvais rêve, un cauchemar.

 

Tant que vous cauchemardez vous souffrez et cette souffrance cesse au réveil.

Voir la souffrance comme illusoire n'est possible qu'après s'être réveillé.

En tous cas croyez-moi et patientez avec confiance.

La souffrance morale ne devient une réalité qu'à partir du moment

où elle est prise au sérieux. Pour faire mourir la vieille personne

il suffit d'observer l'Agya* à la mesure qui est la votre.

Cette mesure évolue avec le temps.

 

 

La métamorphose

 

 

Pour vous qui avez soif d'aller jusqu'au bout du processus,

vous les Chela, les premie,

sachez qu'avant d'être papillon, la chenille est chrysalide...

vous êtes chrysalide, laissez le processus aller à son terme.

Vous êtes dans le cocon de l'Agya.

Si vous ne laissez pas mourir la vieille personne

vous ne verrez pas le Royaume*.

 

 

Laissez aller, pratiquez sans vous poser de questions.

La compréhension vient de l'intérieur. Vous avez un avis ? Laissez tomber,

il est faux. Tous les concepts sont les briques d'un mur d'illusion

qui vous enferme. A chacun selon ses mérites, vous êtes toujours payés

en toute justice. Tous les convives attablés ne mangent pas autant de nourriture.

A chacun selon sa faim et celui qui mange plus

n'a pas à regarder dans l’assiette d'un autre.

 

Vous ne savez pas où en est l'autre. Pour arriver à leurs fins certains

devront tout quitter et se donner entièrement, d'autres serviront une famille,

une famille seulement et ça suffira à les mener au but suprême.

Qu'importe, n'est-ce pas ? Vous êtes seul face à L'Un*.

 

Mourir à l'ancienne personne ne signifie pas tout oublier d'elle,

non, ça veut seulement dire de ne plus tenir compte de ses vieux concepts.

Quand ça arrive vous reconnaissez n'avoir rien perdu,

rien sacrifié et tout gagné !

 

Vous savez, c'est comme l'alchimie: transformer le plomb en or.

L'alchimie est une allégorie de la voie, comme le Saint-graal est celle

de la Vérité* intérieure, du calice où boire le Nectar* du Saint-Nom*.

L'Observance* est votre quête ! Continuez comme vous le faites

et comme vous ferez encore au fur et à mesure de votre marche,

au fur et à mesure de ce que vous comprendrez.

Gardez la foi et l'envie.

 

 

 

Ce Satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à l'ashram nandi-àlaya, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation des quatre techniques de Méditation de la voie et qui observent l'Agya. Le plein ''bénéfice'' de ce Satsang ne pourra être atteint que si vous avez connaissance de ces techniques et que vous les pratiquez (observer l'Agya). Pour se renseigner demandez sur l'interface contact du blog.

Sri Hans yoganand ji.

 

Autres Satsang sur ce thème:

-Choisir entre paix et confusion

-Le trésor des profondeurs

-S'alléger

 

avec un smartphone, ou certaines tablettes, le blog est moins confortable

Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur

Tag(s) : #satsang, #dédication, #soif, #yogaoriginel, #béatitude, #lavoie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :